Peur !
Répression, oppression, emprisonnement, douleur…
Surveillance, contrôle, pouvoir,
Colère !

Je connais ces sensations, émotions.

Pour moi le confinement fut plutôt bien accueilli et arriva à point nommé.
J’aspirais depuis quelques temps, à me retirer totalement, pour un temps, à entrer profondément en moi et amorcer ce tournant de vie.

Une vie que j’avais souhaité engagée !
Engagée sur un chemin porteur d’espoir de paix, d’harmonie, d’amour entre les Êtres, et de soin aussi… prendre soin.

J’ai, pas après pas, souhaité comprendre la souffrance, la maladie, puis œuvrer vers la prévention, se maintenir en santé.
Puis bien sûr j’ai voulu partager, accompagner, aider.
Chemin faisant, j’ai surtout avancé vers ma propre guérison, celle de l’ouverture du cœur.
Et à chaque instant la vie vient questionner cette dimension et je dois y prêter attention et choisir !
Alors chaque pas vers accueillir, ouvrir à cette part reliée à la Source lumineuse, libérer peur et colère fut, et est, un pas conscient, travaillé, posé.
Des pratiques, des techniques j’ai apprises, découvertes et partagées.
Des hommes et des femmes parcourant le même chemin m’ont accompagnée, aidée.

Puis vint le jour où mon Être souhaita fortement se révéler.

Mais, ce faisant, laissant tomber petit à petit la carapace que je m’étais forgée, dans le but de masquer une trop grande sensibilité, je retrouvais une vieille habitude qui en fait ne m’avait jamais totalement quittée, s’était même imprimée au fil des incarnations et vécus douloureux : me réfugier, me cacher en ma maison.
Tantôt entourée de grands murs, demandant à être réparée, tantôt perchée sur des piliers la séparant de la Terre, maison et foyer furent le reflet de ce qui se passait à l’intérieur de moi ; Jamais tout à fait incarnée !

Alors confinée, je me l’étais imposé déjà depuis longtemps !
J’avais eu peur de revenir et choisi des parents en conséquence ; des parents qui allaient me permettre de me sentir abandonnée, rejetée et ainsi renforcer ce refus d’incarnation.
Ainsi je pus vivre ou plutôt survivre, une partie de cette vie, entre deux mondes.
Entre deux !
Et m’échapper souvent de cette dure réalité terrestre, en voyageant dans mon monde, en m’échappant dans le rêve ou l’illusion d’un autre monde !
Et puis apaisement fut là et je revins doucement en amitié, si ce n’est en amour, avec cette part de moi qui savait !
Part que l’on nomme Âme ou Conscience supérieure, enfant intérieur, bref ! Je l’apprivoisais de nouveau.
J’appris à la reconnaître et progressivement à l’accepter, l’accueillir !

Confinement m’a permis de revisiter tous ces pans de ma vie, toutes ces étapes et d’aller plus loin dans l’acceptation de mon fonctionnement profond.
De libérer aussi certains aspects, émotions, que le brouhaha du quotidien m’avait permis de laisser quelque peu de côté !
Et je me trouvais ainsi plus consciente de cette direction, de ce choix pris il y a longtemps.

Puis vint l’annonce du dé confinement !
Ce qui dans mon histoire personnelle revient à … sortir de ma maison !

Participer à la création de ce monde de paix !
Revenir à mon engagement, ce à quoi je crois profondément, ce que je souhaite pour mes enfants, mes descendants, ce que je souhaite pour tout ce qui vit, ici, sur la Terre.
Cesser de m’échapper, de me cacher, assumer ce que je suis venue incarner !

Alors, revint en même temps menace de
Contrôle, répression, oppression perte de liberté, violation des droits fondamentaux …

Alors colère et peur resurgirent des profondeurs !
Et pendant plusieurs jours il me fut impossible de me poser, de m’apaiser, de résonner !!
Emotions, images se mirent à affluer !
Et je me laissais saisir par ces mémoires d’autres temps, d’une conscience collective, mémoire du monde, mémoire d’un vécu collectif et personnel.

Jusqu’à ce que vint la pression dans la nuque, bien connue, signe que mes Guides, ou bien cette part plus élevée de moi même, plus reliée, entrent en communication !
M’échapper de nouveau par le haut ?!
Si les comportements que nous utilisons pour survivre restent parfois bien ancrés, nous pouvons avec cette connaissance profonde de soi, les repérer et alors choisir.
C’est bien là le bénéfice du travail personnel.
Je choisis donc d’écouter ce que mes Guides, mon âme, avaient à me dire.

« Il est temps….
Il est temps de faire ce choix vraiment, non dans la peur ou guidée par la colère, dans le combat mais bien dans cette belle énergie qu’est l’Amour !
Peur et colère alimentent l’ombre !
Avec une Foi puissante elle ne t’atteindra pas, ne vous atteindra pas, elle restera à distance.
En faisant grandir la lumière, en toi, énergie source solaire, émanant des plexus solaire et cœur, elle reculera.
N’aies crainte et fais confiance, ce qui est à l’œuvre aujourd’hui est effectivement un changement de paradigme pour le bien, pour la lumière et pour la Terre.
C’est en incarnant vraiment cette dimension d’amour, au quotidien, chaque jour, chaque minute, choisir de croire en la lumière, de la canaliser que tu pourras participer à repousser l’ombre.
C’est en acceptant ta propre part d’ombre, cette part qui pourrait encore opprimer, réprimer, emprisonner, surveiller… que tu pourras la transformer !
Peur et colère ne font que l’alimenter !
Le combat est ce qu’elle attend.
Et seule une immense lumière jaillissante de toutes ces lucioles qui s’allument de par le monde pourra la faire trembler et plier. »

Merci à mes Guides, à ma Conscience supérieur pour ce message et pour m’éclairer continuellement.
Aujourd’hui, je choisis et pour le temps qu’il me reste sur Terre, de veiller à rester fidèle à ce choix de mon âme.